corde


corde

corde [ kɔrd ] n. f.
• v. 1135; corda Xe; lat. chorda, gr. khordê « boyau »
I A(Sens génér.)
1Lien formé par un assemblage de fils tordus ou tressés, relativement serrés et assez résistants (contrairement à la ficelle). cordage, cordon. Corde souple, résistante. Petite corde. cordelette, ficelle. Grosse corde. câble. Corde de chanvre, de lin, de coton, de jute, de nylon. Lier, attacher, suspendre, tirer qqch. avec une corde. Attacher qqn avec une corde. ligoter. Accrocher, nouer une corde; tendre une corde. « Les Péruviens transmettaient les principaux faits à la postérité par les nœuds qu'ils faisaient à des cordes » (Voltaire). quipou. Fabrication des cordes. corderie, cordier. Corde de puits, pour tirer le seau. Cordes d'une balançoire. Corde servant à tirer des lignes droites au sol. cordeau. Corde à nœud coulant pour capturer les animaux sauvages. lasso. Corde pour mener un chien ( laisse) , un cheval ( 2. longe) . Corde que l'on porte en ceinture. cordelière, cordon. Corde qui sert à frapper. fouet.
Spécialt Mesurer du bois à la corde. corder. Par ext. Une corde de bois : environ 4 stères.
Loc. fig. Il pleut, il tombe des cordes : il pleut très fort.
2Matière faite de corde. Tapis de corde. Semelles de corde.
B(Emplois spéciaux)
1(1165; corde servant à envoyer des projectiles) Corde d'arc, d'arbalète. Tendre, bander la corde d'un arc.
Loc. fig. Avoir plusieurs cordes à son arc. Tirer sur la corde : abuser d'un avantage, de la patience d'une personne (cf. Tirer sur la ficelle).
(1690) Math. Segment qui joint deux points d'un arc de courbe.
2Lien que l'on passe autour du cou de qqn pour le pendre (cf. fam. Cravate de chanvre). On prétend que la corde de pendu porte bonheur. Par ext. (1612) Supplice de la potence. pendaison. Condamner qqn à la corde. Homme de sac et de corde. Fig. et fam. Se mettre la corde au cou : se mettre dans une situation pénible de dépendance; se marier. Il ne faut pas parler de corde dans la maison d'un pendu : il ne faut pas évoquer un malheur devant ceux qui l'ont souffert. Il ne vaut pas la corde pour le pendre.
3Trame d'une étoffe, devenue visible par l'usure. Vêtement qui montre la corde, usé jusqu'à la corde ( 2. râpé) . Fig. Un argument usé jusqu'à la corde. rebattu.
4Corde à linge : fil sur lequel on met le linge à sécher. ⇒ étendage, étendoir.
5(1855) Corde qui limitait intérieurement la piste d'un hippodrome. Par ext. Partie de la piste située le long de sa limite intérieure. Tenir la corde : rester près de la corde; fig. être bien placé, avoir l'avantage dans une compétition.
Autom. Prendre un virage à la corde, en serrant de très près le bord intérieur du virage (cf. Couper un virage).
6(1538) Corde, fil ou câble sur lequel les acrobates évoluent. Danseur de corde. funambule. Loc. fig. Être sur la corde raide, dans une situation délicate.
(1837) Corde (à sauter) : corde munie de poignées que l'on fait tourner au-dessus de la tête puis près du sol, en sautant à chacun de ses passages. Saut à la corde.
Gymn. Corde lisse, corde à nœuds, servant à grimper. « monter à la perche ou à la corde à nœuds, ce n'était rien encore » (Leiris). Échelle de corde.
(1904) Les cordes : enceinte en cordes d'un ring. Être envoyé dans les cordes.
7(1868) Lien utilisé par les alpinistes pour s'attacher les uns aux autres et s'assurer contre les chutes. Corde d'attache ( s'encorder; cordée) , de rappel.
II(XIe)
1Mus. Corde vibrante de boyau, crin, fil métallique, élément sonore fondamental de certains instruments. Instruments à cordes pincées (clavecin, guitare, mandoline), à cordes frottées et à archets (alto, contrebasse, viole, violon, violoncelle), à cordes frappées (piano). Corde filée, renforcée par un fil métallique spiralé. Corde sympathique, en métal, qui vibre par résonance avec une corde frottée (cf. Viole d'amour). Corde la plus fine d'un violon ( 1. chanterelle) , la plus grosse ( 2. bourdon) .
(1903) Au plur. Les cordes : l'ensemble des instruments à archet de l'orchestre. Les cordes, les bois et les cuivres. Quatuor à cordes.
2Fig. Ce qui vibre, ce qui est sensible. Faire vibrer, toucher la corde sensible : parler à une personne de ce qui la touche le plus. « Ces fous si étrangement raisonnables nous font rire en touchant les mêmes cordes en nous » (Bergson).
IIIPar anal.
1Cordes vocales : replis musculaires jumeaux situés de part et d'autre du larynx, dont la tension et les mouvements déterminent l'émission sonore. ⇒ phonation, voix.
Loc. fig. Ce n'est pas dans mes cordes : ce n'est pas de ma compétence.
Corde du tympan : nerf qui transmet les sensations du goût.
2(fin XIXe) Corde dorsale : cordon cellulaire des vertébrés primitifs et première ébauche de la colonne vertébrale chez l'embryon. ⇒ notocorde.

Corde fil métallique ou de boyau, tendu entre deux points fixes et dont on provoque les vibrations transversales.

corde
n. f.
rI./r
d1./d Lien fait des brins retordus d'une matière textile. Une corde lisse, à noeuds. Une corde de nylon.
|| Corde à linge, sur laquelle on étend le linge pour le faire sécher.
(Québec) Fig. Coucher, dormir, passer la nuit sur la corde à linge: coucher dehors, passer une mauvaise nuit, une nuit blanche.
|| Loc. fig. Avoir plus d'une corde à son arc.
Tirer sur la corde: exagérer.
|| Corde à sauter ou (Québec) corde à danser: corde dont chaque extrémité est munie d'une poignée et que l'on fait tourner en sautant par-dessus à chaque passage.
d2./d Spécial. Lien que l'on passe autour du cou des condamnés à la potence; le supplice de la potence. Mériter la corde. Il ne vaut pas la corde pour le pendre.
d3./d Trame d'une étoffe. Habit usé jusqu'à la corde.
Fig. Une histoire usée jusqu'à la corde.
d4./d SPORT Limite intérieure de la piste d'un hippodrome.
Par ext. Limite intérieure d'une piste, d'un circuit de course.
d5./d GEOM Segment de droite qui sous-tend un arc.
d6./d Câble tendu en l'air sur lequel marche, danse un acrobate. Danseuse de corde.
|| Fig. être sur la corde raide.
d7./d MUS Fil d'une matière flexible (boyau, crin, métal, fibre synthétique) tendu sur un instrument de musique et mis en vibrations par différents systèmes (doigts, archet, marteau, etc.). Le violon, la guitare, la kora sont des instruments à cordes.
Les cordes: les instruments à cordes frottées. Orchestre à cordes.
|| Fig. Vous avez touché en lui la corde sensible: vous l'avez particulièrement touché, ému, intéressé.
d8./d Loc. être dans les cordes de qqn, dans ses possibilités.
rII./r
d1./d ANAT Cordes vocales: replis du larynx dont les vibrations produisent la voix.
Corde du tympan: rameau nerveux, branche du nerf facial.
d2./d ZOOL Corde ou chorde dorsale: structure anatomique dorsale caractéristique des cordés, au niveau de laquelle s'édifient les corps vertébraux chez les vertébrés.
rIII/r (France rég., Québec) Unité de mesure (5 m³ en France, 4,2 m³ au Québec) pour le bois débité en bûches, en rondins; pile de bois correspondant à cette mesure. Acheter trois cordes de bois pour l'hiver. Bois de corde. Syn. cordée.

⇒CORDE, subst. fém.
I.— Assemblage obtenu par torsion de fils de matières textiles (chanvre, coton, laine, soie), synthétiques (nylon), métalliques ou autres (poil, crin, écorce d'arbre, jonc, etc.), de grosseur et de longueur variables, et servant à lier, attacher, soutenir. Les uns voulaient courir chercher un bachot. D'autres, des cordes, pour prendre l'homme au lasso (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p. 67). Tous portaient des paquets enveloppés de journaux, serrés de cordes (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 442).
SYNT. La corde d'un puits; porter des sandales de corde; dérouler une échelle de corde; tirer la corde d'une cloche; des rouleaux de corde; jeter une corde à un homme qui se noie; attacher le cheval par une corde; fixer qqc. à l'aide d'une corde; lier les poignets d'une personne avec une corde.
Corde de cèpes (cf. PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 167). Cèpes reliés entre eux à l'aide d'une corde. Corde d'oignons (BARRÈS, Colline insp., 1913, p. 214). Corde à trois nœuds. Cf. cordelière. Les frères mineurs, à la robe grise, ceinturée de la corde à trois nœuds (FARAL, Vie temps St Louis, 1942, pp. 52-53).
En corde. À la manière d'une corde. Il le [son foulard] tordait en corde de ses deux mains (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 543). Tabac en corde. ,,Tabac roulé à la façon d'une corde et qu'on coupe par bouts pour chiquer`` (Ac. 1835).
Locutions
Vendre qqc. sous corde. En ballot.
Arg. Coucher à la corde. ,,Coucher dans un de ces taudis misérables où une corde sert d'oreiller`` (FRANCE 1907). Pour le moment je couche à la corde. C'est malheureux, à quarante-six ans! (L. DAUDET, Clemenceau, 1942, p. 25).
P. métaph., fam. Il pleut des cordes. Il pleut très fort.
Expr., vieillie. Vous verrez beau jeu si la corde ne rompt. Vous verrez des choses fort surprenantes dans telle affaire, dans telle entreprise, si les moyens dont on se sert pour y réussir ne manquent pas (Ac. 1835, 1878).
II.— En partic.
A.— Corde utilisée pour la pendaison. Que n'ai-je une corde pour me pendre? (CAMUS, Esprits, 1953, II, 7, p. 496).
P. méton. Être condamné à la corde (Ac.). Ce fripon (...) mérite la corde (BALZAC, Splend. et mis., 1844, p. 184).
Locutions
Filer sa corde (fam.). Faire des actions qui peuvent mener au gibet (Ac. 1835, 1878). Sentir la corde. Être suspect (ROB.). Être un homme de sac et de corde. Être un scélérat qui mérite d'être noyé dans un sac ou pendu. Tous étaient gens de sac et de corde et sans frein, assoiffés du butin des villes merveilleuses (LECONTE DE LISLE, Poèmes trag., 1886, p. 113). Il a frisé la corde (vieilli et fam.). Se dit de quelqu'un qui a été bien près de perdre son procès, de succomber à une maladie, ou en général de tomber dans quelque malheur (Ac. 1835, 1878). Il ne vaut pas la corde pour le pendre. C'est un individu méprisable, un vaurien. Il ne faut pas parler de corde dans la maison d'un pendu. Il ne faut pas aborder certaines questions délicates, rappeler de mauvais souvenirs. Avoir de la corde de pendu. Avoir de la chance. On voit bien que je viens de toucher de la corde de pendu ou tout comme; j'ai une sacrée veine (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 338).
B.— Corde d'estrapade. Corde avec laquelle on guindait ceux qui étaient condamnés à avoir l'estrapade. Dans ce sens, on disait, donner trois coups de corde à quelqu'un, le guinder trois fois en haut, et le laisser aller de toute sa pesanteur à un pied près de terre (Ac. 1835, 1878).
C.— [P. réf. à l'idée d'asservissement] Loc. Avoir (se présenter, se rendre, se mettre, venir) la corde au cou. Être dans un état de dépendance absolue. Ils [les prisonniers] étaient onze, la corde au cou (...) qui les tenait tous reliés (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 804).
Au fig. Perdre sa liberté ou se mettre dans une situation difficile et p. iron. se marier. Je m'en vais la marier. — toi aussi tu mets la corde au cou? (MUSETTE, Cagayou chauffeur, 1909, p. 107) :
1. Ajoutez que je forme des vœux pour la réussite de notre entreprise.
SPANNA. — (...) C'est absurde. Nous nous mettons la corde au cou. Nous ne pouvons pas soutenir...
CAMUS, Un Cas intéressant, adapté de Buzzati, 1955, 1er temps, 1er tabl., p. 613.
D.— JEUX et SP.
1. Corde (de jeu de paume). Grosse corde tendue au milieu d'un jeu de paume, et qui est garnie de filets jusqu'en bas, de manière à arrêter la balle. Mettre sous la corde; friser la corde (Ac. 1835, 1878).
2. Corde à sauter. Corde que les enfants tiennent dans leurs mains pour sauter, en la faisant tourner et passer sous leurs pieds. Une petite fille sautait à la corde (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 493).
3. Corde à nœuds ou corde simple fixée à un portique et le long de laquelle on s'exerce à grimper. Les grimpers à la corde avec les bras et les jambes, puis avec les bras seuls (R. VUILLEMIN, Mémento éduc. phys., 1941, p. 47).
4. Corde raide. Corde fixée parallèlement au sol et sur laquelle les acrobates marchent ou exécutent leurs exercices. Marcher sur la corde raide; danseur de corde. L'équilibriste (...) s'avance sur la corde raide (GRACQ, Beau tén., 1945, p. 125).
Au fig. Danser, marcher, être sur la corde raide. Être dans une situation difficile, délicate :
2. Il [l'asthénique] sent sa faiblesse avec intensité (...) Manque d'aisance vitale, sentiment de toujours marcher sur la corde raide, de ne rien réussir que de justesse.
MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 264.
5. ALPINISME. Corde qu'utilisent les alpinistes pour s'attacher les uns aux autres ou pour descendre dans des gouffres. Corde d'attache, corde de rappel. Ils sortirent liés l'un à l'autre, et sans guide — trop de corde, dit Jos-Mari (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 212) :
3. Tout à coup, un garçon de dix-huit ans s'est écrié : « Je lâche! » et il est tombé en silence dans le gouffre. Hélène me dit qu'au moment où il a lâché la corde, elle a senti une vibration dans sa main.
GREEN, Journal, 1948, p. 137.
6. HIPPISME. Corde qui, dans les hippodromes, marque la limite intérieure de la piste.
P. ext. Ligne peinte dans le même but, dans les vélodromes ou autodromes. [Dans] le mesurage d'une piste vélocipédique (...), on prend pour point de repère la corde (BAUDRY DE SAUNIER, Cyclisme, 1892, p. 392).
Expressions
Tenir la corde. [En parlant d'un coureur] Être placé près du bord intérieur de la piste; au fig. être dans une bonne position. Oui, patron, je crois que nous ferons des affaires exceptionnelles et de grands bénéfices, car la Vénus de Milo, pour cette saison, tient la corde et ne la lâchera pas (AVENEL, Calicots, 1866, p. 159). Comme Mme Molé (car c'est elle qui tient la corde en ce moment) vient de partir, il est tout désemparé (PROUST, Sodome, 1922, p. 691). Prendre un virage à la corde. [En parlant d'un automobiliste] Le prendre le plus près possible de la courbe intérieure.
7. Au plur., pugilat. Cordes qui entourent un ring de boxe ou de catch :
4. ... l'autre se relève, empoigne l'adversaire par la taille, pour le précipiter de toute sa force sur les spectateurs, à travers les cordes.
MORAND, Londres, 1933, p. 149.
Fig. et fam. Aller dans les cordes. Être en difficulté, se trouver dans une situation désespérée.
E.— Autres domaines
1. MAR. ,,Ce mot n'est employé dans la marine que pour désigner la corde de la cloche. Dans les autres cas, on dit cordage`` (GRUSS 1952).
2. MÉTROL., SYLVIC. Corde à mesurer le bois; p. méton., quantité de bois ainsi mesurée (environ 4 stères). Je n'ai pas souffert du froid, mais j'ai brûlé dix-huit cordes de bois (FLAUB., Corresp., 1880, p. 356).
III.— Emplois spéc.
A.— [Pour lancer un projectile]
1. Tortis de boyau, de chanvre ou de crin tendu aux extrémités d'un arc, d'une arbalète, d'une fronde. Bander la corde d'un arc. Courber un arc, y attacher une corde, y ajuster une flèche, sont des opérations (...) compliquées (JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 148). Les traits sifflaient autour de ses flancs comme les cordes d'une fronde (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1497).
Loc. fig. Avoir plusieurs cordes à son arc. Avoir plusieurs moyens pour parvenir à un but. J'ai encore plusieurs cordes à cet arc, et je ne saurais lâcher prise quelque fournaise qu'il fasse (VILLIERS DE L'I., Corresp., 1879, p. 264). Trop tirer sur la corde. Exagérer, pousser trop loin les choses. Quand la corde est trop tendue elle se rompt. Il est dangereux de pousser trop loin les choses (DG). Si la corde ne rompt. Si tout marche bien (ROB.). La corde ne peut toujours être tendue. Il faut du repos, de la détente (Ac. 1932).
P. anal., GÉOM. Corde d'un arc, d'un cercle. Segment de droite qui joint deux points d'une courbe et en particulier d'un cercle.
P. ext., TOPOGR. Ligne droite qui relie deux points d'une ligne courbe. Le traîneau, abrégeant cette route, prenait la corde de l'arc décrit par le chemin de fer (VERNE, Tour monde, 1873, p. 186).
2. Au plur. Fils de boyau ou de nylon d'une raquette.
B.— 1. MUS. Fil de boyau, de soie, de nylon ou d'acier, tendu sur le corps de certains instruments de musique, que l'on fait vibrer soit avec les doigts (cordes pincées) soit avec un archet (cordes frottées) soit avec des marteaux (cordes frappées). Violon à doubles cordes. Flatter la corde d'un violon. La toucher très légèrement. Il voit les deux harpistes qui commencent à frotter de leur pouce toutes les cordes hautes (ALAIN, Propos, 1921, p. 273).
Grosse corde. Corde la plus grave d'un violon; au fig., chose ou personnage très important.
P. méton., au plur. Les cordes.
♦ Les instruments à cordes frottées. Jouer un quintette pour cordes et clarinettes. Il se mit à fredonner puis à imiter alternativement les cordes et les cuivres (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 101).
♦ Les notes, le ton d'un instrument. Ce piano est bon dans les cordes graves (ROB.).
Au fig. Centre de sensibilité, d'émotivité chez une personne. Elle faisait vibrer d'autres cordes, la vanité, la jalousie, l'orgueil maternel (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 82).
Avoir la corde fraternelle (cf. COLETTE, Cl. école, 1900, p. 34). Avoir, faire vibrer la corde patriotique. La corde patriotique vibre à outrance (GREEN, Journal, 1949, p. 286).
Toucher la corde sensible. Toucher le point faible d'une personne :
5. ... dans l'immense choix de ses œuvres, il en avait une toute spéciale, dont il tirait une grande fierté... C'était sa vraie corde sensible... Il suffisait qu'on l'effleure pour qu'il frémisse immédiatement...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 407.
Toucher la corde délicate. C'est une corde qu'il ne faut pas toucher. Aborder un sujet qui risque de froisser ou d'émouvoir. Aussi à tous ceux qui me parlaient de ma mère... je leur z'y ai dit : Ah! par grâce, ne touchez pas à cette corde-là, mes petits agneaux sinon vous allez me voir fondre en larmes et tomber en syncope (KOCK, Compagn. Truffe, 1861, p. 92).
Fam. C'est dans mes cordes. C'est dans mes possibilités, mes compétences :
6. ... je vais même essayer de t'en écrire et j'en demanderai aux copains : Tiens, ça serait tout à fait dans les cordes de Julien, je suis sûr qu'il t'écrira des chansons charmantes.
S. DE BEAUVOIR, Les Mandarins, 1954, p. 118.
2. P. anal., ANAT.
a) Corde vocale. Ligament inférieur de la glotte qui se tend et vibre lors de la phonation. Il a une belle voix dans les cordes élevées (Ac. 1932). Ce qui la frappait le plus, c'était (...) cet enrouement des cordes vocales (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 785).
b) Ligament musculaire; p. ext., saillie provoquée par la tension de ce ligament :
7. Tancogne le regardait, impressionné par sa pâleur, par les cordes musclées qui se bandaient soudain sous la peau de ses mâchoires...
GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 90.
c) Rameau nerveux. Corde du tympan. ,,Branche du nerf facial qui traverse la caisse du tympan (...) pour aller s'accoler au nerf lingual et transmettre les sensations du goût de la partie antéro-latérale de la langue`` (Lar. méd. 1970); cf. J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p. 55.
d) Corde dorsale. [Chez les Cordés] Organe primordial du squelette axial autour duquel s'édifie la colonne vertébrale :
8. ... la corde dorsale, à l'origine, n'était peut-être qu'un inducteur de la formation du tube nerveux, fonction qu'elle a du reste gardée dans la série des vertébrés; ...
L. CUÉNOT, J. ROSTAND, Introd. à la génét., 1936, p. 66.
C.— TECHNOLOGIE
1. Fil du tissage qui apparaît lorsqu'un tissu est très usé. Ce drap a la corde bien fine, a la corde bien grosse (Ac. 1835, 1878). Ma sœur et moi, nous usions nos vêtements jusqu'à la corde (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 67).
Montrer la corde. Un fauteuil d'acajou dont le velours grenat montre la corde et la bourre (GIDE, Journal, 1914, p. 466).
Au fig. Cet homme montre la corde. Il en est à ses dernières ressources. Cela montre la corde. Le procédé est grossier et facile à découvrir. Cela est usé jusqu'à la corde. Cela a été répété, ressassé.
2. Vx, HORLOG. Corde de montre. Corde de boyau qu'on mettait autrefois aux montres, et qui servait à tendre le grand ressort. Cette montre est au bout de sa corde, elle a filé toute sa corde (Ac. 1835, 1878).
Prononc. et Orth. :[]. Enq. ://. Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. A. 2e moitié du Xe s. corda « réunion de brins d'une matière textile tordus ensemble » (La Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 75); 1130-40 corde (WACE, La Conception Nostre Dame, éd. W. Ray Ashford, 76); divers emplois 1. 1165-70 « corde servant à bander un arc » (BENOIT DE SAINTE-MAURE, Roman de Troie, 7422 ds T.-L.); 1690 géom. corde d'un arc (FUR.); 2. 1174-78 « lien que l'on passe autour du cou de quelqu'un pour le pendre » (E. DE FOUGÈRES, Manières, éd. J. Kremer, 91); p. ext. 1612 « supplice de la potence » (H. Regnier ds Lar. Lang. fr.); 1690 (FUR.); 3. 1350 a. liégeois corde lengne (+ ligna) « tas de bois d'une certaine dimension; mesure de bois » (J. HAUST, Gloss. des régestes de la cité de Liege ds FEW t. 2, p. 649a); 1606 corde de bois (NICOT); 4. a) 1538 corde des funambules (EST.); 1606 danseur sur la corde (CRESPIN, Seconde partie du thresor des langues françoise, italienne et espagnolle, s.v.); 1694 fig. danser sur la corde « être dans une situation périlleuse » (Ac.); b) 1837 corde (à sauter) (SCRIBE, Camaraderie, I, 2, p. 240 : Quand nous jouions au cerceau ou à la corde); 5. 1675 terme de drapier (J.-H. WIDERHOLD, Nouv. Dict. fr.-all. et all.-fr., Bâle); 1828 fig. (DELÉCLUZE, Journal, p. 490 : Cet acteur est usé, comme l'on dit, jusqu'à la corde); 6. 1754 « ligne de fond pour pêcher » (Encyclop., t. 4); 7. 1884 fam. se passer la corde au cou [signe de servitude] « se marier » (BOURGES, Le Crépuscule des dieux, p. 111, 199). B. 1. Début XIIe s. mus. (Psautier d'Oxford, 91-3 ds T.-L. [in decachordo psalterio]); 1797 fig. faire vibrer toutes les cordes du cœur (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 1, p. 85); 2. 1903 subst. plur. les cordes (d'un orchestre) (ROLLAND, Beeth., t. 2, p. 344). C. a) 1732 anat. (Trév. : Se dit d'un petit nerf qui est couché sur la membrane du tambour de l'oreille) 1752 corde du tympan (Trév. Suppl.); b) 1805 cordes vocales (CUVIER, Anat. comp., t. 4, p. 521). Empr. au lat. chorda « boyau; corde d'instrument de musique » à l'époque class. « corde en général », notamment, celle qui bande un arc, en b. lat.; « nerf, tendon » (IXe s. ds Mittellat. W.); mesure de longueur (XIIe s. ds NIERM.). Fréq. abs. littér. :3 260. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 3 687, b) 7 224; XXe s. : a) 4 276, b) 4 275. Bbg. ANDRÉ (P.). Le Vocab. du violoniste. Vie Lang. 1972, p. 685; 1973, pp. 50-52. — GEORGE (K.E.M.). L'Emploi anal. de qq. n. d'étoffes dans Le domaine gallo-rom. In : [Mél. Boutière (J.)]. Liège, 1971, p. 267. — GOTTSCH. Redens. 1930, passim. — LA LANDELLE (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, pp. 146-147. — ROG. 1965, p. 89, 91. — SIZAIRE (P.). Le Parler des gens de mer. Vie Lang. 1971, p. 384.

corde [kɔʀd] n. f.
ÉTYM. V. 1135; corda, dès le Xe; lat. corda, grec khordê « boyau ».
———
I (Une, des cordes). Lien formé par un assemblage de fils tordus ou tressés, relativement serrés et assez résistants (par oppos. à ficelle). Cordage, cordon, lien. || Corde épaisse, grosse; fine ( Cordelette). || Petite corde; longue corde. || Corde solide, résistante. || Corde de chanvre ( Larderasse), de lin, de coton, d'alfa, de jute, de tille, de nylon. || Corde en nylon; en crins, en poils d'animaux, en écorce. || Corde en fils de métal ( Câble). || Faire, fabriquer une corde. || Fabrique de cordes ( Corderie, cordier). || Brins textiles ( Duite) tordus ( Toron) et retordus pour faire une corde. || Tordre, tresser des brins, des fils en corde. Corder, cordeler. || Détortiller, détordre, défaire une corde. Décorder.(Usages d'une corde). || Lier, attacher qqch., suspendre, tirer qqch. avec une corde. || Attacher qqch. lâche, serré ( Ligature, ligoter) avec une corde. || Accrocher, nouer une corde ( Nœud). || Tendre une corde; tirer sur une corde. || Dénouer, défaire, couper une corde, la corde. || Régler la tension d'une corde en tirant, en serrant, avec un tendeur, un garrot. || Extrémité, bout d'une corde ( Bout). || Extrémité d'une corde formant anneau ( Ansette).Avoir une corde en guise de ceinture ( Cordelier).Frapper avec une corde en guise de fouet.Cordes d'attache, de tirage… || Corde de puits, pour tirer le seau. || Corde d'une cloche (→ Carillon, cit. 3). || Cordes de tension d'une scie. || Cordes de suspension. || Les deux cordes d'une escarpolette, d'une balançoire. || Cordes d'agrès.Cordes pour mener les animaux ( Longe, trait; licol). || Promener un chien au bout d'une corde ( Laisse).Corde à nœud coulant formant lasso.Tendre une corde à hauteur d'homme pour servir de rampe ( Tire-veille, mar.). || Tirer une ligne droite à l'aide d'une corde tendue. Cordeau.Techn. || Cordes de transmission. || Corde sans fin, tendue sur deux poulies. || Cordes de manœuvre (machines, marine). Cordage.REM. Le mot corde ne s'emploie pas en marine, sauf dans le cas de la corde de la cloche. On dit bout ou cordage.Cordes d'un palan. Courant. || L'arbalète, corde d'anciens métiers à tisser.Cordes de serrage. || Paquet, marchandise emballé(e) à l'aide de cordes ( Ficeler; cordée, seizaine). — ☑ Loc. Vendre qqch. sous corde, en ballots, en gros (→ Balle, cit. 1).Cordes nouées servant de symboles (→ ci-dessous, cit. 2 et Quipo).
1 Il y porte une corde, et veut avec un clou
Au haut d'un certain mur attacher le licou.
La Fontaine, Fables, IX, 16.
2 Les Péruviens transmettaient les principaux faits à la postérité par les nœuds qu'ils faisaient à des cordes.
Voltaire, Essai sur les mœurs, 148.
3 De plusieurs de ces cordons réunis et tortillés ensemble on compose les plus grosses cordes.
Brisson, Traité de physique, t. I, p. 145.
Par compar. || Avoir une cravate comme une corde, tortillée.
En corde : comme une corde. || Mettre, tordre des chiffons en corde.
Loc. fig. Il tombe, il pleut des cordes : il pleut très fort.
3.1 Un jour, c'était peut-être novembre, octobre, je me rappelle qu'il avait plu des cordes.
François Nourissier, le Maître de maison, p. 229-230.
Emplois spéciaux (souvent dans des syntagmes ou des contextes déterminés).
A (Sports et jeux).
1 a (1538). Corde, fil ou câble sur lesquels on fait des exercices d'équilibre. || Marcher, danser sur la corde. || Danseur de corde. || Voltige sur la corde raide.Loc. fig. Être sur la corde raide, dans une situation très difficile. || C'est de la corde raide.
b Corde suspendue à une certaine hauteur et le long de laquelle le gymnaste doit s'élever. (1830, in Petiot). || Corde lisse. || Corde à nœuds (→ Nœud, cit. 2.1). || Monter à la corde avec les bras, à la force des bras.Par métonymie. Exercice consistant à monter à la corde. || Faire de la corde et des anneaux.
c (1837). || Corde à sauter, corde : corde (tortis de chanvre, puis corde de nylon, etc.) munie de deux poignées que l'on fait tourner au-dessus de la tête puis près du sol, en sautant à chacun de ses passages. || Saut à la corde. || Fillettes qui sautent à la corde. || Figures de saut à la corde.Par métonymie. || La corde : le saut à la corde. || Elle est très forte à la corde.
4 Les petites filles sautent à la corde sous les arbres qui bordent la grande place rectangulaire (…)
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 316.
d (1868, in Petiot). Lien utilisé par les alpinistes pour s'attacher les uns aux autres et pour s'assurer contre les glissades, les chutes. Cordée. || Corde d'attache. Encorder (s'), décorder (se). || Corde d'assurance. Assurance. || Corde de rappel. || Corde fixe, placée pour franchir un passage difficile, et sur laquelle on se déplace au moyen de poignées autobloquantes ( Ascendeur). || Longueur de corde : distance de corde qui sépare deux membres d'une cordée. || Anneau de corde.
2 (V. 1165). Corde servant à envoyer des projectiles. || Cordes de catapulte, de fronde. || Corde d'arc, d'arbalète. || Tendre, bander la corde d'un arc. || Corde trop tendue qui se rompt. || Changer la corde d'un arc.
Loc. fig., vx (langue class.). Si la corde ne rompt : si tout marche bien.
5 Nous allons voir beau jeu, si la corde ne rompt.
Molière, l'Étourdi, III, 7.
Avoir plus d'une corde, plusieurs cordes à son arc : avoir des ressources pour parvenir à ses fins.
6 Si tu as plusieurs cordes à ton arc, elles s'embrouilleront, et tu ne pourras plus viser.
J. Renard, Journal, 8 déc. 1896.
6.1 Que veux-tu ! ils se portent comme des bœufs dans ce pays-ci !… alors, voyant que la pharmacie languissait… j'ai joint une seconde corde à mon arc… la corde de l'horlogerie !
E. Labiche, Un monsieur qui a brûlé une dame, 1.
6.2 Avec tant de cordes à mon arc, il me paraît difficile de coucher à la belle étoile partout où, comme dans la forêt du petit Poucet, je verrai luire une lumière.
G. Nouveau, Lettre à L. Silvy, 1er déc. 1908, Pl., p. 950.
Tirer sur la corde : exagérer, abuser de la patience de qqn, d'une situation.
(1690; de corde d'un arc). Fig., géom. Segment d'une ligne droite coupant une circonférence ou un cercle. Amplitude (d'un arc). || Corde qui sous-tend un arc. Sous-tendant (→ aussi Arc, cit. 9).
3 (Corde servant de limite). a (1855, in Petiot). Corde qui, dans les hippodromes, limite intérieurement la piste sur laquelle courent les chevaux.
Par ext. (Athlétisme, cyclisme, automobile). Partie de la piste située le long de sa limite intérieure.Tenir la corde, se dit de l'écuyer, du coureur qui est le plus proche de la corde, et, fig. (1869, in Petiot), d'une personne qui a un avantage sur les autres, qui est bien placée dans une compétition.(1905, in Petiot). Autom. || Prendre un virage à la corde, en serrant de très près le bord intérieur du tournant.
7 Quand Joseph doublait une voiture puissante, quand il prenait, à la corde, dans le ruisseau, un tournant difficile, ou quand il abordait à grande allure une rampe longue et sinueuse, Joseph serrait un peu les dents (…)
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, X, Passion de J. Pasquier, p. 310.
7.1 Quinze jours plus tard, seconde course sur un autre champ, corde à gauche.
Pierre Daninos, Un certain Monsieur Blot, p. 263.
Passer à la corde, tout juste; réchapper de peu (à un danger).
7.2 Mon vieux, si tu avais eu affaire à un type plus service, tu n'y coupais pas de Biribi ! T'as passé à la corde ! (…)
Roger Vercel, Capitaine Conan, VI, p. 103.
b (1904, in Petiot). || Les cordes : enceinte en cordes d'un ring de boxe. || Être envoyé dans les cordes.
7.3 C'est notre tour, nous passons sous les cordes; mon adversaire, souple et brusque, s'est relevé trop tôt, et secoue la corde inférieure.
Jean Prévost, Plaisirs des sports, p. 82.
B Lien que l'on passe autour du cou de qqn pour le pendre. || Corde de chanvre.(1612). Supplice de la potence. Pendaison. || Condamner qqn à la corde. || Mériter la corde.Il ne vaut pas la corde pour le pendre : il est très méprisable.Homme de sac et de corde : filou, scélérat.Sentir la corde : être suspect. — ☑ (1680). Parler de corde dans la maison d'un pendu : faire une allusion maladroite, rappeler un souvenir fâcheux. || Une vieille superstition veut que la corde d'un pendu porte chance.Avoir de la corde de pendu dans sa poche : être chanceux.
8 Sans nulle miséricorde, je serai digne de la corde.
Régnier, Mac., in Littré.
9 Vollichon ne voulait avoir pour gendre qu'un homme de sac et de corde.
Furetière, le Roman bourgeois, in Hatzfeld.
10 On les condamna à la corde, et par grâce on les arquebusa, ce qui est, dit-on, plus honorable.
Voltaire, le Siècle de Louis XIV, 35.
10.1 (…) elle pensa que « ces trois pécores » ne valaient pas la corde pour les pendre (…)
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 121.
La corde au cou, dans l'attitude ou la situation du condamné prêt à être pendu. — ☑ (1884). Se mettre la corde au cou, dans une situation d'asservissement, de dépendance (notamment, se marier, en parlant d'un homme).
11 Édouard III exigea que six bourgeois vinssent lui demander pardon la corde au cou.
Voltaire, Essai sur les mœurs, 75.
11.1 On dit que Mme du Fleuriel avait un moment pensé arranger un mariage entre sa fille et Paul Bernardini. L'union eût été avantageuse des deux côtés, mais Paul s'était fait tirer l'oreille; il refusait de consentir, alléguant qu'il avait bien le temps de se mettre « la corde au cou », et que la future présumée n'était point belle.
Suzanne Prou, la Terrasse des Bernardini, p. 72.
Hist. || Corde d'estrapade. — ☑ Loc. (1598). Avoir la corde : subir l'estrapade.Trait de corde : coup d'estrapade.
C Corde tendue sur laquelle les dormeurs appuient leur nuque (et que l'on détachait au matin, pour un réveil brutal, dans certains asiles de nuit).Loc. Coucher à la corde.
D Techn. Corde ou lien de longueur déterminée servant à entourer un volume régulier de bois pour l'estimer. || Mesurer du bois à la corde. Corder.Par métonymie. || Une corde de bois : volume valant environ 4 stères.
11.2 — Il a fait un froid, cet hiver ! dit-elle.
— Vous aviez du bois pour vous chauffer.
— Oui, du bois à 45 francs la corde.
J. Renard, Journal, 8 févr. 1909.
———
II (Seult au sing.).
1 Fil dont une étoffe est tissée (dans quelques expressions). Chaîne, fil, trame. || Vêtement qui montre la corde, usé jusqu'à la corde, dont le tissu est devenu si clair, par l'usure, qu'on en distingue la trame ( Limé, râpé).
12 (…) un méchant tapis étroit qui montrait la corde (…)
Balzac, le Médecin de campagne, Pl., t. VIII, p. 373.
13 (…) user jusqu'à la corde nos vêtements cent fois reprisés (…)
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, I, I, p. 168.
Fig. Usé jusqu'à la corde. || Un argument usé jusqu'à la corde. Rebattu. — ☑ (1672). Montrer la corde, le fond des choses.
14 J'ai dit que le prétexte étant si petit et si mince, on voyait la corde et le fond.
Mme de Sévigné, 313, 1673.
15 C'est un homme qui est de mise un quart d'heure de suite, qui le moment d'après baisse, dégénère, perd le peu de lustre qu'un peu de mémoire lui donnait, et montre la corde.
La Bruyère, les Caractères, II, 40.
15.1 (…) des mots à nous, des mots à tous, des mots de série, prêts à porter, des mots usés jusqu'à la corde, ceux des humbles, ceux des pauvres (…) plats et vulgaires (…)
N. Sarraute, Vous les entendez ?, p. 72.
2 (De la corde). Matière première dont sont faites les cordes.De corde. || Échelle de corde. || Filet de corde. Filoche. || Tapis de corde.
Semelles de corde, faites de cordes repliées et cousues. || Espadrilles à semelles de corde.
———
III
A (Déb. XIIe).
1 Mus. Boyau, crin, fil métallique ou fil de nylon tendu qui rend les sons sur certains instruments. || Les cordes d'une guitare, d'un luth, d'un piano.… À cordes. || Instruments à cordes et instruments à vent. || Le piano, le clavecin, la guitare, la cythare, le luth, la lyre, la mandoline, le banjo… sont des instruments à cordes. || Instruments à cordes grattées, pincées (guitare, luth. Médiator, plectre), frappées (piano), frottées (violon, violoncelle. Archet). || Instrument à une corde ( Monocorde), à plusieurs cordes (→ infra, les composés de corde). || L'arc musical est un instrument à une corde.REM. En emploi normal et courant, instrument à cordes ne se dit guère que des cordes frottées. — Corde à boyau. Boyau, catgut. || Corde métallique d'acier, de cuivre. || Filer une corde métallique avec une filière. || Corde filée, qu'on entoure d'un fil de métal ( aussi Cannetille). || Instrument pour tendre les cordes. Cheville. || Support des cordes d'un violon. Chevalet. || Corde la plus fine d'un violon ( Chanterelle), corde la plus grosse ( Bourdon). — ☑ Loc. Jouer en double(s) corde(s) : toucher deux cordes à la fois avec l'archet. || Doigté de l'index sur plusieurs cordes, en travers du manche de la guitare ( Barré). || Appareil permettant de changer de tonalité en raccourcissant les cordes ( Capodastre). || Flatter la corde, la toucher très légèrement. || Faire vibrer les cordes d'un instrument.Par ext. Note, ton. || Ce piano est bon dans les cordes aiguës (on dit plutôt : dans les aigus). || Corde fondamentale. Accord.
15.2 Il (Paganini) a su faire ressortir et rendre dominateur le timbre du violon solo en accordant ses quatre cordes un demi-ton plus haut que celles des violons de l'orchestre; ce qui lui permettait de jouer ainsi dans les tons brillants de et de la, pendant que l'orchestre l'accompagnait dans les tons moins sonores de mi bémol et de si bémol. Ce qu'il a découvert dans l'emploi des sons harmoniques simples et doubles, des notes pincées de la main gauche, dans la forme des arpèges, dans les coups d'archet, dans les passages en triple corde, passe toute croyance (…)
H. Berlioz, les Soirées de l'orchestre, 16, p. 216.
2 (1797). Par métaphore ou fig. (dans quelques emplois). Ce qui vibre, ce qui est sensible. || Les cordes du cœur.Faire vibrer, toucher la corde sensible : parler à une personne de ce qui la touche le plus ( Point).Toucher une corde délicate, un sujet qui risque de froisser, d'attirer des ennuis. || Évitez de toucher cette corde-là.REM. Cet emploi est assez littér., notamment dans les métaphores, sauf pour le syntagme courant : corde sensible.
16 Ne savez-vous pas bien que l'astrologie est une affaire d'État, et qu'il ne faut point toucher à cette corde-là ?
Molière, les Amants magnifiques, I, 2.
17 Notre cœur est un instrument incomplet, une lyre où il manque des cordes, et où nous sommes forcés de rendre les accents de la joie sur le ton consacré aux soupirs.
Chateaubriand, René, p. 193.
18 (…) lorsque je distinguais en elle l'écho tout à fait exact et comme l'unisson de la corde émue qui vibrait en moi, c'était une conformité de plus dont je me réjouissais comme d'une nouvelle alliance.
E. Fromentin, Dominique, p. 167.
19 (…) ces esprits chimériques, ces exaltés, ces fous si étrangement raisonnables nous font rire en touchant les mêmes cordes en nous (…)
H. Bergson, le Rire, p. 10.
20 C'est vrai, mais je dirais qu'un écrivain doit cultiver les siennes (ses souffrances) et appuyer sur les points névralgiques. C'est quand il se fait crier de douleur, quand il touche aux cordes sensibles, qu'il libère le meilleur de son talent (…)
A. Maurois, le Cercle de famille, IX, p. 275.
Rare. || La corde délicate : la corde sensible.
3 (1903; surtout au plur.). Instrument à cordes (frottées). || Les cordes d'un orchestre : le quatuor. Alto, contrebasse, violon, violoncelle.
B Au plur. Boyaux ou fils de nylon entrecroisés garnissant une raquette de tennis. || Faire retendre les cordes de sa raquette.
———
IV Par anal.
1 (1805, Cuvier). || Cordes vocales : replis musculo-membraneux du larynx, entre lesquels se trouve la glotte, et qui constituent l'organe essentiel de la phonation (sons produits par vibration). Voix. || Avoir les cordes vocales fatiguées pour avoir trop parlé, trop chanté.
21 Les cordes de sa voix remuaient harmonieusement les fibres de mon cœur.
France, le Petit Pierre, XXIX, p. 204.
22 (…) les deux seuls malades dont les cordes vocales étaient intactes, et qui discouraient du matin au soir (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, p. 207.
23 La glotte (…) formée de deux muscles parallèles ou cordes vocales, s'ouvre par leur écartement ou se ferme par leur resserrement. La fermeture complète n'entre pour ainsi dire pas en ligne de compte; quant à l'ouverture, elle est tantôt large, tantôt étroite. Dans le premier cas, l'air passe librement, les cordes vocales ne vibrent pas; dans le second, le passage de l'air détermine des vibrations sonores. Il n'y a pas d'autre alternative dans l'émission normale des sons.
F. de Saussure, Cours de linguistique générale, p. 67.
24 (…) ces chiens à qui l'on coupe les cordes vocales avant de les soumettre aux tortures de la vivisection : pas un signe de leur souffrance dans le monde; ce serait moins intolérable de les entendre hurler !
S. de Beauvoir, les Mandarins, p. 285.
Par ext. Le son que rendent ces cordes. || Il a une belle voix dans les cordes élevées. — ☑ Loc. fig. Ce n'est pas dans mes cordes : ce n'est pas de ma compétence.
(1732). || Corde du tympan : nerf qui longe le tympan.
2 (XIXe). Ligament musculaire.Par ext. Saillie provoquée par la tension d'un muscle. || Corde cervicale.Par anal. Engorgement de l'urètre survenant lors d'une blennorragie.
Zool. Bourrelet allongé sur une coquille.
3 (Fin XIXe). || Corde (ou chorde) dorsale : cordon cellulaire des vertébrés primitifs, et première ébauche de la colonne vertébrale chez l'embryon. Chordal. || Les animaux munis d'une corde dorsale sont dits cordés. Cordés.
DÉR. Cordage, cordeau, cordée, cordelle, corder, corderie, cordier, cordon.
COMP. Anémocorde, heptacorde, hexacorde, octacorde, pentacorde, tétracorde.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • cordé — corde [ kɔrd ] n. f. • v. 1135; corda Xe; lat. chorda, gr. khordê « boyau » I ♦ A ♦ (Sens génér.) 1 ♦ Lien formé par un assemblage de fils tordus ou tressés, relativement serrés et assez résistants (contrairement à la ficelle). ⇒ …   Encyclopédie Universelle

  • corde — CORDE. s. f. Tortis fait ordinairement de chanvre, et quelquefois de coton, de laine, de soie, d écorce d arbres, de poil, de crin, de jonc, et d autres matières pliantes et flexibles. Grosse corde. Petite corde. Corde menue. Corde déliée. Longue …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • corde — CORDE. s. f. Tortis ordinairement de chanvre. On en fait aussi de cotton, de laine, de soye, d escorce d arbres, de poil, de jonc, de boyaux & autres matieres ployantes & flexibles. Grosse corde. petite corde. corde menuë. corde deliée. longue… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • corde — Corde, f. pen. Est ce qui est tressé de deux ou de plusieurs cordons à tour de roüe de cordier, soit de chanvre, de jonc, ou autre matiere qu elle soit faite, Chorda. duquel mot Latin le nostre est fait. Quand un cordier cordant veut accorder sa… …   Thresor de la langue françoyse

  • cordé — cordé, ée 1. (kor dé, dée) adj. Terme d histoire naturelle. Qui a la forme d un coeur de carte à jouer. ÉTYMOLOGIE    Lat. cor, cordis, coeur. cordé, ée 2. (kor dé, dée) part. passé. 1°   Mis en corde. Du chanvre cordé. 2°   Qui a la forme d une… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Cordé — Saltar a navegación, búsqueda Cordé es, en el universo de Star Wars, una de las damas de compañía de la Senadora Padmé Amidala. Sirvió como señuelo disfrazándose de la senadora en varias oportunidades, hasta que Zam Wesell plantó una serie de… …   Wikipedia Español

  • Cordé — Deux possibilités : soit un nom de métier (fabricant de cordes), soit plutôt celui qui habite un lieu dit Cordé, variante de Corday (nom de domaine gallo romain formé sur l anthroponyme latin Cordius). Plusieurs hameaux s appellent Cordé dans l… …   Noms de famille

  • cordé — Cordé, [cord]ée. part. pass. Il a les mesmes significations que son verbe. Une corde bien cordée. voye de bois mal cordée. lamproyes cordées. raves cordées. On dit fig. mais bassement, qu Une chose est cordée, quand elle n est plus de saison ou… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • corde — CORDE: On ne connaît pas la force d une corde. Est plus solide que le fer …   Dictionnaire des idées reçues

  • Corde — [kɔrd] die; , s [kɔrd] (aber: 3 ) <aus gleichbed. fr. corde, eigtl. »Schnur, Leine; Saite«> altes franz. Volumenmaß für Brennholz (3, 84 m3) …   Das große Fremdwörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.